Logo denier

Retour de Pologne

Tout le groupe du pèlerinage Les Fraternités de Jérusalem nous invitent mardi 20 mai à 20h15 à la cathédrale Notre-Dame de la Sède de Tarbes pour une soirée partage autour du récent pèlerinage en Pologne.

Notre pèlerinage en Pologne du 26 avril au 1er mai nous a non seulement mis sur les traces du saint Pape Jean-paul II, mais nous a aussi réellement fortifié dans notre foi. Nous avons pu toucher du doigt ce terreau, cette culture, cette histoire et cette foi qui ont permis à Karol Wojtyla de grandir et d’être le pape que nous avons connu.

L’expérience d’un jour à l’autre de la visite du camp d’Auschwitz-Birkenau, où mourut le Père Maximilien Kolbe, et de la messe au sanctuaire de la divine miséricorde le jour de la canonisation nous a fait comprendre la puissance de la miséricorde dans la vie d’un peuple qui a tant souffert au cours de son histoire. C’est ce que n’a cessé d’enseigner et de transmettre Jean-Paul II à l’Eglise et au monde : il n’y a qu’une limite à la force du mal, c’est celle de la miséricorde divine.

La foi du peuple Polonais, nous avons pu y être plongé lors de notre passage au sanctuaire de Czestochowa, le sanctuaire de la Vierge noire. Des foules viennent en procession de tout le pays, parfois après plusieurs jours de marche, y trouver secours et pour rendre grâce. La Vierge de Czestochowa a été notamment un symbole de la résistance durant le temps du communisme.

Statue de Jean-Paul II dans sa ville natale de WadowiceDe grandes figures de cette résistance se détachent, notamment celle du cardinal Wyszynski et du père Jerzy Popieluszko, ce prêtre polonais mort assassiné en 1984 après d’atroces tortures. Près de sa tombe, nous avons pu prier et penser à toutes les victimes actuelles des violences des idéologies meurtrières. Le musée où est évoquée sa vie et son ministère, notamment ses messes pour la patrie, a été pour chacun un moment intense. Près de Varsovie, nous avons pu aussi visiter la Cité de l’Immaculée où le Père Kolbe a vécu et d’où il est parti vers les camps de la mort.

De Cracovie à Varsovie en passant par Wadowice, la ville natale de Jean-Paul II, quel bonheur et que de grâces reçues ! Les journées furent denses et parfois un peu fatigantes mais chacun de la quarantaine de participants pourrait témoigner combien ce pèlerinage fut un moment fort dans son chemin de foi.
Père Christian Saint Martin

Témoignages

Une foule nombreuse...Noella

Quelques mots de notre voyage en Pologne, qui ne peuvent en aucun cas exprimer tout notre ressenti d'un si beau pelé, notre émotion, notre joie. Un événement vécu sur les pas de notre Saint Jean-Paul II entouré de 39 personnes de la région Tarbes Lourdes, fut un temps béni au sanctuaire de la divine miséricorde.
Il y avait foule sur l'esplanade dans un grand recueillement, relié en direct de Rome. Nous avons pu vivre ce moment ou notre Pape François a rendu Saints Jean XXIII et Jean Paul II. Une chaleureuse journée remplie de joie ....qui restera gravé.
Nous avions commencé notre pelé par la visite d Auschwitz, un lieu ou il n'y a pas de mots assez forts, exprimer l'inexprimable ...beaucoup d'émotions sur ce lieu,....ne jamais oublier ...
Czestochowa à Jana Gora, le chemin de croix (le Golgotha Polonais) cet endroit nous pourrions le définir comme "peuple fidèle à Dieu, à sa mère , à l'église" , la ferveur y règne, tant d' âmes y viennent déposer leur fardeau. La visite chez Popieluszko, la force et le courage de cet homme m'ont beaucoup impressionné. Quel exemple !! Pour nous qui devons aujourd'hui défendre notre religion, notre foi, notre Église.
La souffrance de tout un pays, un monde déshumanisé, la destruction ........et aujourd'hui au delà de tout une Pologne dign , grandie, oui " Croyez à la paix ,au pardon et à l'Amour"  .
Tout cela dans un groupe très sympa, très attentionné à l'écoute de chacun.

Une belle cérémonie...René C.

« Bien sûr , le moment fort de notre pélerinage a été la cérémonie de canonisation de Jean-Paul II et de Jean XXIII , où nous étions au milieu d'une foule immense. Mais ce qui m'a le plus touché, c'est le témoignage de foi de Maximilien Kolbe, et de Jerzy Popiulechko, et aussi la visite du camp d'Auschwitz. Tout cela relativise un peu le malheur qui m'a frappé il y a six ans ... »

Marie B.

Ce qui m’a frappé et ému :
- Le camp de concentration (toute cette barbarie faite par des hommes)
- Le martyr du jeune Père Popieluszko vie offerte pour son peuple
- Le Père Maximilien Kolbe qui offre sa mort à la place d’un père de Famille à Auschwitz
- La Madone noire, symbole pour la Pologne blessée mais persévérante dans la foi
En conclusion : L’amour est plus fort que la haine ! Quelques photos....

Varsovie...Michel

Malgré l'horreur qui a été vécue à Auschwitz, aucune larme n'est sortie de mes yeux sur le lieu de ce camp de la mort...
Par contre, à l'arrivée à Toulouse, ma fille Caroline nous accueillait et c'est là que le Seigneur a fait sortir les larmes de mes yeux, en lui montrant les photos d’Auschwitz.
Magnifique émotion bien-sûr le dimanche 27/04 , à la Miséricorde Divine, lors des canonisations de Jean XXIII et Jean-Paul II.
Encore une émotion difficile à supporter lors de la projection du film des policiers matraquant le père Popieluszko.
Merci encore pour ce superbe séjour très bien organisé.


Revenir à toute l'actualité

Pour rester informé de l'actualité, inscrivez-vous à la newsletter

Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent (art. 34 de la loi "Informatique et Libertés"). Pour l'exercer, adressez votre demande

Voir un exemple