Logo denier

Un modèle missionnaire

Pierre et Thomas sont deux adolescents de 14 ans et des amis inséparables. Pierre est catholique et pratiquant. Thomas n’est pas baptisé. Mais, lorsqu’il est reçu dans la famille de Pierre le dimanche, il l’accompagne à la messe. Le père de Thomas est décédé, il y a quelques semaines, à Lourdes. Avant son décès, cet homme a reçu la visite du prêtre alors que, bien qu’étant baptisé, il n’avait aucune pratique religieuse.
Voilà ce qu’il s’est passé... Au côté de Pierre, Thomas a découvert que son papa avait une place dans l’Église et qu’il n’était pas trop tard pour se tourner vers Dieu ! C’est lui, Thomas, qui a pris les devants pour contacter le prêtre de la paroisse. A 14 ans, il a permis que son papa reçoive les derniers sacrements.

Cette histoire est exemplaire. En cette année de la mission, nous pouvons regarder autour de nous et nous rendre compte que des Pierre et des Thomas, il y en a beaucoup. Pierre, modèle de missionnaire, qui choisit d’emmener Thomas à la messe avec lui plutôt que de le suivre ailleurs. Thomas, cible parfaite de l’Amour de Dieu, qui se laisse accompagner et qui accompagne à son tour. … Ils sont un exemple là où on en attend le moins : en pleine adolescence !
Le 23 mai prochain, il y aura la grande étape de notre année missionnaire, un après-midi pour les personnes « des périphéries » que nous aurons touchées puis la Vigile de Pentecôte avec la confirmation des adultes. Avec l’équipe de coordination, nous voulons que les rois de ce 23 mai ce soient eux, tous ces Thomas qui vivent autour de nous. Mais encore faut-il que nous les invitions ! Et là, c’est à nous tous, baptisés du diocèse, d’agir : allons à la rencontre de ces personnes qui portent le Christ sans le savoir, allons leur dire que nous les reconnaissons comme nos frères en Église, allons leur dire la Bonne Nouvelle qu’ils attendent sans peut-être s’en rendre compte, allons leur dire qu’ils sont invités non pas seulement le 23 mai prochain à la Maison diocésaine, mais qu’ils sont invités, avec nous, à un banquet plus heureux encore, plus lumineux…. Parce que, celui-là, sera éternel !