Logo denier

Villages et clochers de Pierrefitte-Davantaygues

Arbouix

Arbouix (altitude 500m, 308 habitants).
Cette commune du Lavedan a fusionné en 1846 avec Ayros et elles font toutes deux partie du Parc National des Pyrénées. Elles sont connues par leur parc acrobatique forestier.

église ArbouixL’Eglise romane d’Arbouix. Entourée par son cimetière, elle a été restaurée en grande partie en 1772. La légende dit qu’au XVIIème siècle, une pierre sacrée conservée dans l’église avait la réputation de provoquer la pluie si on la trempait dans un cours d’eau. L’église est dédiée à St Martin de Tours. Né en Hongrie, en 316, St Martin parcourut des distances considérables « pour aller annoncer l’Evangile aux pauvres. » Son culte se répandit, non seulement en France, mais dans toute l’Europe. La puissance de son rayonnement joua un grand rôle dans la conversion du roi Clovis et dans la vie du peuple français.
Nous connaissons l’événement le plus célèbre de sa vie. Un jour, lorsqu’il était encore soldat, il rencontra un pauvre, nu et tremblant de froid. Martin prit son manteau, le coupa en deux, et il en couvrit le malheureux. – Homme de prière, il mena une vie très simple. Appelé contre son gré à l’Episcopat, il fonda un monastère près de Tours et installa une communauté de moines, pour mener avec eux une vie de louanges à Dieu, d’accueil et de charité. La fête de St Martin de Tours est célébrée le 11 novembre.

Artalens

Artalens commune de 103 habitants jouit d’une situation privilégiée sur la route de la station de ski du Hautacam, haut lieu d’arrivée du Tour de France. Elle bénéficie d’un ensoleillement exceptionnel et d’une vue imprenable sur la vallée d’Argelès-Gazost qu’elle domine. Elle surplombe la Vallée des gaves et est situé sur le territoire du « Davantaygue » qui signifie « devant l’eau ». En effet le gave de Pau coule au fond de la vallée. Les célèbres « Moulins à eau » d’Artalens font partie du patrimoine de la région.
église d'ArtalensLa jolie église St Pierre d'Artalens est à visiter. Eglise médiévale des XIIème et XIIIème siècles, elle dépendait avant la Révolution du prieuré de St Orens. Sur la porte d’entrée, il faut voir le chrisme qui a la particularité d’avoir le S inversé. Il a été retouché plusieurs fois lors des travaux de restauration de l’édifice, notamment après le tremblement de terre de 1854 ;
St Pierre, Patron de la paroisse, est fêté le 29 juin. . Il est né en Galilée au début de l'ère chrétienne et mort à Rome, vers l’an 65. Pêcheur sur le lac de Tibériade avec son frère André, il décide de laisser sa maison et sa famille, pour répondre à l’appel de Jésus qu'il accueillera dans sa maison de Capharnaüm. Plusieurs textes anciens font allusion à son martyre, lors des persécutions ordonnées par Néron. L’un des premiers disciples de Jésus-Christ, il fut choisi par Lui pour être le chef des apôtres, le Chef de son Eglise. St Pierre est le premier évêque de Rome. Les Papes qui se succèdent à travers les siècles sont les successeurs de St Pierre.

Beaucens

Beaucens (427 habitants) situé près de la station de ski du Hautacam, et d’Argelès-Gazost, est une station thermale spécialisée en rhumatologie. Le village est réputé pour son parc animalier « le Donjon des Aigles », situé dans les ruines de l’ancien château médiéval des vicomtes du Lavedan (13ème – 16ème siècles). Il abrite une des plus belles collections de rapaces (aigles, milans, vautours) que l’on peut admirer en plein vol.
La petite « chapelle de Bédouret », au-dessus de Beaucens, a été confiée, « de temps immémorial, à trois femmes, qui s’étaient consacrées à la vie solitaire. Les femmes des villages environnants les visitaient aux fêtes de Notre-Dame. » (D’après Vaysse de Villiers 1830). -
église de BeaucensL’église actuelle, construite au XIXe siècle, est dédiée à Notre Dame de Bédouret.
A l'intérieur, au-dessus de l'autel, trône une statue de la Vierge en bois doré qui date du XIIe siècle.
Dans la chapelle de gauche, on peut voir une statue de « la Vierge à l’Enfant », en bois polychrome, du XIVème siècle.
St Vincent de Saragosse est le patron de la paroisse. Né à Saragosse, en Espagne, il fut diacre de l’évêque Valère. Au temps des persécutions, sous l’empereur Dacien, il fut emprisonné et torturé sur une maie de pressoir. Il est l’un des saints patrons des vignerons.C’est pour cette raison qu’iI est représenté avec une serpette, un seau et des grappes de raisin. N'ayant pu le vaincre de son vivant, Dacien chercha à triompher de lui, mort, en exposant son corps en pleine campagne et en le livrant aux bêtes, mais un corbeau protégea sa dépouille. Dacien ordonna alors de lester le corps d'une pierre et de le jeter à la mer, mais il regagna le rivage plus vite que les marins qui avaient été chargés de cette tâche. St Vincent de Saragosse est connu dans le monde entier. Son culte est universel. Il est fêté le 22 janvier.

Ortiac

Eglise d'OrtiacLe hameau d'Ortiac est situé à 3km du bourg de Villelongue. Perché à 750m d'altitude, il constitue la partie "montagne" du village de Villelongue.
C'est le 28 avril 1565 qu'un habitant du village, Johan deth Pi, fit don de "autant de terre qu'il sera nécessaire pour y bâtir une église". De dimensions modestes (environ 5x11), elle fut construite au XVIème/XVIIème et son architecture bigourdane s'intègre parfaitement à son environnement.
A l'extérieur, on remarquera :
- son clocher au pignon dentelé de "péñaus" (pignons à redents fréquents dans cette région montagnarde sur les toitures des granges et des bergeries) qui permet de la repérer aisément depuis Soulom/Pierrefitte.
Ce petit sanctuaire a été restauré en 1961 grâce au concours de la population et des artisans d’Ortiac et, à la générosité de quelques donateurs de la Gironde. Le mobilier est constitué d’éléments récupérés au prieuré de St Orens.
détail de l'église d'OrtiacA noter le bénitier composé d’une vasque creusée dans un chapiteau ouvragé, supporté par quatre colonnes. Les colonnes sont en bois tourné.
La chapelle possède, entre autre, une statuette de Ste Catherine d’Alexandrie, Patronne de la paroisse, fêtée le 25 novembre.
Vierge et Martyre (+307), Sainte Catherine naquit à Alexandrie, d’une famille noble. Après une apparition de la Vierge Marie, elle reçut le Baptême, et elle consacra sa vie à Dieu.
Douée d’une vive intelligence, elle suivit avec succès les leçons des plus grands maîtres chrétiens de l’école d’Alexandrie. Au cours d’une fête païenne, elle eut le courage de se présenter devant l’empereur Maximin, et de proclamer la vérité de la religion chrétienne. Maximin réunit les plus savants docteurs du paganisme et leur ordonna de discuter avec Catherine. Elle fit un discours si sublime sur la religion de Jésus-Christ, comparée au culte des faux dieux, que les cinquante philosophes, convaincus de la vérité de ses paroles se convertirent. Ils furent exécutés par ordre de l’empereur. Cependant, Maximin, malgré sa fureur, plein d’admiration pour la beauté et les qualités exceptionnelles de Catherine, lui demanda sa main. Il essuya un refus plein de mépris. Alors il lui fit subir le terrible supplice des roues, mais les roues volèrent en éclats et tuèrent les bourreaux. Le tyran, sidéré, ordonna de lui trancher la tête.

Saint-Pastous

Eglise de Saint pastousSaint-Pastous (116 habitants - Altitude moyenne 1000m) est un charmant petit village de montagne, perché sur les pentes du Hautacam. Son nom provient de la déformation de « Saint Pasteur » Le Ruisseau de Saint-Pastous, le Ruisseau Estau, le Ruisseau de la Passade sont les principaux cours d'eau qui traversent la commune. La commune est à environ 2kms du parc national des Pyrénées. On remarque ses nombreuses maisons de schiste et de pierre, à la belle architecture locale.
chapelle romane Ste Marie de Lurp

Son église locale, « Ste Marie » , à clocher-pignon et corniche d’abside reposant sur des petites consoles cubiques, ainsi que la petite chapelle romane tout à côté, Ste Marie de Lurp, datent du XIIème siècle et ont été très remaniées en 1786. Elles ont fait l’objet récemment d’une restauration soignée qui les rend visibles de loin.
La petite Chapelle romane Ste Marie de Lurp Le sanctuaire a été récemment restauré.
détail de la chapelleA l’extérieur, contre le mur nord, se trouvent les fondations d’un petit bâtiment annexe : restes de chapelle, ou ruine de la sacristie, datant de 1770.
La paroisse a pour Patronne Notre-Dame de l’Assomption célébrée le 15 août.
La fête de l’Assomption célèbre tout à la fois la mort, la résurrection glorieuse, l’entrée au ciel et le couronnement de la bienheureuse Vierge Marie. « Marie fut enlevée au ciel, en corps et en âme, » en vertu de son privilège unique de mère de Dieu. En 1950, Pie XII institutionnalise la fête mariale qui existe depuis quatorze siècles, en proclamant la croyance en l'Assomption, dogme de l'Église Catholique : n'ayant commis aucun péché, Marie est directement montée au Paradis, avec son âme et avec son corps, parce qu’elle avait été épargnée par le péché originel.

Pierrefitte

Le nom Pierrefitte a pour origine « peyra hita » qui signifie « pierre borne » qui marquait la limite entre Nestalas et Soulom. Le village prendra son nom actuel en 1901. Il est situé au bord du Gave de Gavarnie, entre Argelès-Gazost et Luz St Sauveur. Sa population est de 1317 habitants, d’après le dernier recensement.
Eglise de PierrefitteL’église récente de Pierrefitte, construite en 1959 a Saint Pierre pour patron.
St Pierre, Patron de la paroisse, est fêté le 29 juin. .
Il est né en Galilée au début de l'ère chrétienne et mort à Rome, vers l’an 65. Pêcheur sur le lac de Tibériade avec son frère André, il décide de laisser sa maison et sa famille, pour répondre à l’appel de Jésus qu'il accueillera dans sa maison de Capharnaüm. Plusieurs textes anciens font allusion à son martyre, lors des persécutions ordonnées par Néron. L’un des
premiers disciples de Jésus-Christ, il fut choisi par Lui pour être le chef des apôtres, le Chef de son Eglise. St Pierre est le premier évêque de Rome. Les Papes qui se succèdent à travers les siècles sont les successeurs de St Pierre.

 

Préchac

Eglise de PréchacPréchac (227 habitants). A une altitude de 420m à 620m, ce joli village semble oublié par le temps. Il est situé à 4kms de Pierrefitte-Nestalas, et 12kms de Lourdes, au sud-est d’Argelès, de l’autre côté du Gave.Il fut chef-lieu de canton en 1790.
L’église romane est dédiée à St Saturnin (ou St-Sernin)
Elle fut érigée en 1342 en archiprêtré dont relevaient toutes les paroisses du Davantaygue et de la Rivière de Saint Savin. A l’extérieur, on remarque de larges contreforts destinés à consolider l’édifice après le tremblement de terre de 1854.
détail de l'égliseÀ l’intérieur, le retable baroque du choeur avec ses colonnes et son fronton, a été remanié. La statue de l'évêque serait celle de Saint Sébastien.
Le patron de la paroisse, St Saturnin, dont la fête est célébrée le 29 novembre, fut le premier évêque de Toulouse. Il subit le martyre, de manière originale, aux environs de 250. Premier pasteur de la petite communauté chrétienne organisée à Toulouse, dans les années de calme qui précédèrent le règne de Dèce, empereur romain, il fut massacré par une foule exaspérée par son refus de faire allégeance au culte impérial officiel. Attaché à la queue d’un taureau,  Saturnin devint la victime de la persécution romaine et, ce qui explique peut-être sa popularité dans toute la Gaule, un des premiers et rares évêques martyrs en Gaule.

Silhen

La commune formée il y a deux siècles par la réunion de trois villages : Bôo, Asmets et Silhen, est située à 9kms de Lourdes.
L’église romane de Silhen date du XIVe siècle.
Eglise de SilhenC'est l'ancienne chapelle de la maison d’une famille noble, dont on aperçoit quelques ruines en contrebas. Elle est située sur un piton, avec son clocher-pignon à sept redents, et présente un chrisme un peu endommagé et recouvert d’enduit. À l’intérieur, le retable est fait de peintures en trompe-l’oeil. Classée aux Monuments historiques, l’église est dédiée à saint Vincent.
Né à Saragosse, en Espagne, St Vincent fut diacre de l’évêque Valère. Au temps des persécutions, sous l’empereur Dacien, il fut emprisonné et torturé sur une maie de pressoir. Il est l’un des saints patrons des vignerons. C’est pour cette raison qu’iI est représenté avec une serpette, un seau et des grappes de raisin. N'ayant pu le vaincre de son vivant, Dacien chercha
à triompher de lui, mort, en exposant son corps en pleine campagne et en le livrant aux bêtes, mais un corbeau protégea sa dépouille. Dacien ordonna alors de lester le corps d'une pierre et de le jeter à la mer, mais il regagna le rivage plus vite que les marins qui avaient été chargés de cette tâche. St Vincent de Saragosse est connu dans le monde entier. Son culte est
universel. Il est fêté le 22 janvier.
détail de l'église de SilhenAsmets possède une jolie petite chapelle, dédiée à Saint Jean Baptiste, le précurseur de Jésus Christ, dont la fête est célébrée le 24 juin. Elle est située sur un promontoire et entourée d’un petit cimetière, entre les deux villages de Boo et de Silhen.
Jean le Baptiste est le fils du prêtre Zacharie et d'Élisabeth, une cousine de la Vierge Marie, la Mère de Jésus. Comme pour la naissance de Jésus, celle de Jean est annoncée à Zacharie par l'archange Gabriel, qui lui dit que son fils à naître, Jean, sera rempli de l'Esprit Saint et aura la puissance d'Élie.
Jean mène une vie d'ascèse, « caché dans le désert », se nourrissant de « sauterelles et de miel sauvage » (Matthieu III, 4), et pratiquant le jeûne. Selon l’Evangile de St Luc, la carrière publique de Jésus débute vers l’an 29. A cette époque, Jean Baptiste est installé sur les bords du Jourdain, où il donne le « baptême de repentir pour la rémission des péchés », par immersion dans l'eau. Selon St Matthieu (III:13-17), Jésus vient voir Jean pour être, lui aussi, baptisé. Au sortir de l'eau, Jésus reçoit l'Esprit Saint sous la forme d'une colombe, tandis que Dieu proclame : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j'ai mis toute ma complaisance».
Quelque temps après, la colère du roi Hérode s'abat sur Jean. Il le fait jeter en prison (Marc (VI:14-29). Il finira décapité.

Souin

Souin jouit d’une situation privilégiée sur la route de la station de ski du Hautacam, haut lieu d’arrivée du Tour de France. Elle bénéficie d’un ensoleillement exceptionnel et d’une vue imprenable sur la vallée d’Argelès-Gazost qu’elle domine. Elle surplombe la Vallée des gaves et est situé sur le territoire du « Davantaygue » qui signifie « devant l’eau ». En effet le
gave de Pau coule au fond de la vallée. Les célèbres « Moulins à eau » d’Artalens font partie du patrimoine de la région.
Eglise de SouinLa petite église de Souin ne manque pas de charme.
Elle a pour Patron St Michel, fêté le 29 septembre.
Saint Michel est un archange connu et vénéré par de nombreuses Églises chrétiennes : l'Église catholique, l’Église orthodoxe, l’Église copte, les Églises anglicanes et luthériennes etc. C’est un personnage de la Bible très populaire dans la religion chrétienne. Son nom signifie « Qui est comme Dieu ? » Le livre de l’Apocalypse le dépeint terrassant le Dragon, qui est une
représentation de Satan. Il symbolise la lutte contre les forces du mal.

Soulom

Soulom (263 habitants). Rattaché depuis 1801 au canton d’Argelès-Gazost, son nom vient du Gascon « souloüm », c'est-à-dire « lieu abrité du soleil ». La commune est située dans l’agglomération industrielle de Pierrefitte, dont la production industrielle s’est diversifiée au XXème siècle. Toutes ses filières industrielles ont été abandonnées vers 1985. Reste toujours
la centrale hydroélectrique sur la route de Gavarnie.
Eglise de SoulomSon église, édifiée en l’honneur de St André au XIème siècle, a été fortifiée au XIVème. Elle possède un clocher-tour à mâchicoulis. Un second chemin de ronde percé d’ouvertures régulières entoure l’abside et la nef. À l'intérieur, la charpente de la toiture repose sur des piliers cylindriques creux. Le retable et son tabernacle en bois doré sont du XVIIIe siècle.
Un tableau représente le Christ en croix entouré de saint André et de saint Etienne. Les chapelles latérales sont du XIXe siècle, elles sont dédiées à la Vierge et à saint Joseph.
La légende veut que cette église ait été construite en même temps que la chapelle N-D de Bédouret au-dessus de Beaucens. Les ouvriers étaient si pauvres qu’ils devaient se partager les truelles. Aussi se jetaient-ils les outils dont ils avaient besoin, par-dessus la vallée qui sépare les deux bâtiments. On dit que la Providence a permis que les deux édifices soient
terminés en même temps. Par contre, il ne reste que des tas de pierres de la chapelle de Bédouret au dessus du château de Beaucens.
Le saint patron du village est St André, fêté le 30 novembre.
St André était de Bethsaïde, en Galilée, sur les bords du lac de Tibériade. Avec son frère Pierre, il vivait de la pêche. C'était un assoiffé de Dieu. Il avait entendu la prédication de Jean le Baptiste, avait sans doute reçu son baptême de pénitence et était devenu l'un de ses disciples. Il avait su discerner l'exacte mission de Jean. Aussi, quand il l'entendit désigner Jésus: " Voici l'agneau de Dieu ", il le suivit pour ne plus le quitter. Dès cet appel, André devient apôtre, avant même d'en avoir reçu le titre. Il rencontre son frère Pierre et l'amène à Jésus. Il est l'homme qui sait nouer des contacts. Lors de la multiplication des pains, c'est André qui amène le jeune garçon portant ses cinq pains et ses deux poissons. Quand des Grecs veulent rencontrer Jésus, c'est à lui qu'ils s'adressent tout naturellement. Des sources tardives font état de son supplice à Patras en Grèce. Au IVe siècle, ses reliques furent transférées à Constantinople.

Vier-Bordes

Vier-Bordes (92 habitants). A 704m d’altitude, Vier-Bordes est une commune du parc national des Pyrénées. Elle est située à 11 km au Sud-Ouest de Lourdes.
Eglise de Vier-BordesL'église Saint-Laurent de Vier est pittoresque.
D'origine romane, à nef unique et à chevet en hémicycle, elle est dédiée à saint Laurent.
Détruite en 1791 par une avalanche, elle a été reconstruite en 1856 avec son ancien linteau, mais en conservant son clocher. Comme il menaçait de s'écrouler, en 1871, on descendit les cloches. Puis en 1873, on remplaça le clocher et on restaura l’église, à laquelle on ajouta deux chapelles. Dans celle de gauche, on remarque une statue en bois doré de la Vierge qui terrasse le démon, représenté par un serpent vert.
St Laurent, Diacre et martyr est le Patron de la paroisse. Il est habituellement représenté par les artistes, tenant d’une main un gril, de l’autre le livre des Évangiles. On l’invoque contre les brûlures et pour protéger des incendies. Il est le saint Patron des pauvres, des libraires et des bibliothécaires, des archivistes, des pompiers, des repasseuses, des rôtisseurs et des charbonniers, des agents de police, des cuisiniers, des économes et des verriers. “La générosité avec laquelle il s’illustra dans le service des démunis, a fait de Laurent le patron des pauvres.”
Sommé par Valérien, le préfet de Rome, de livrer les trésors de l’Église dont il était le dépositaire, en particulier les Livres Saints, Laurent distribua aux pauvres toutes ces richesses, de peur qu’elles ne tombent entre les mains des persécuteurs. Ensuite, il rassembla les pauvres, et les présenta au magistrat comme étant «le vrai trésor de l’Église» : c’est pour avoir
protégé les Livres Saints qu’il est le patron des libraires et des bibliothécaires.
Condamné à être brûlé sur un gril ardent, au bout de 2 heures de martyre il lança au bourreau “ Retourne moi! je suis assez rôti sur le dos ! » C’est à cause de ce dernier épisode qu’il est le patron des pompiers, des rôtisseurs et des charbonniers, et réputé guérir des brûlures et protéger des incendies. La fête de St Laurent est célébrée le 10 août.
La petite église Sainte Marie de Bordes est dédiée à la Vierge de l’Assomption, fêtée le 15 aout. La fête de l’Assomption célèbre tout à la fois la mort, la résurrection glorieuse, l’entrée au ciel et le couronnement de la bienheureuse Vierge Marie. « Marie fut enlevée au ciel, en corps et en âme, » en vertu de son privilège unique de mère de Dieu. En 1950, Pie XII institutionnalise la fête mariale qui existe depuis quatorze siècles, en proclamant la croyance en l'Assomption, dogme de l'Église Catholique : n'ayant commis aucun péché, Marie est directement montée au Paradis, avec son âme et avec son corps, parce qu’elle avait Eté épargnée par le péché originel

 

Villelongue

Villelongue est une commune de 340 habitants située à 500m d’altitude. Son nom viendrait de la longueur de sa rue principale. Elle était connue jadis pour sa centrale qui détenait le record mondial de hauteur (520m), de 1906 à 1910.
Eglise de VillelongueL’église de Villelongue abrite les reliquaires, bustes en bois doré du XVIIIe siècle, de Saint Orens et de sa mère Sainte Patience. Les reliques à l’intérieur des bustes (cheveux, os et dent et bout de chaînette) furent volées vers 2006.
L’église romane avec clocher-mur à redents a vu au XVIIIe l’adjonction de deux chapelles.
La chapelle de gauche possède un tabernacle qui provient de l’abbaye de Saint-Orens.
La chapelle principale possède un très beau tabernacle datant de la fin du XVIIe siècle.La chapelle de droite abrite une Piéta, insérée dans une niche néo classique.
Intérieur de l'église de VillelongueLes fonts baptismaux sont protégés par un ouvrage en bois sculpté du XVIIIe siècle.
La paroisse de Villelongue a pour patronne Ste Patience, que l’Eglise fête le 6 mai. Elle est née vers le milieu du IVème siècle.
En ce même jour, le calendrier liturgique nous invite également à fêter St Orens, le fils de Ste Patience, dont la vie est plus connue que celle de sa mère. Il est né à Huesca, en Aragon (Espagne) vers 370, dans une famille noble. Après une jeunesse sans problème, renonçant au destin politique que lui réservait sa famille, il s’établit, en ermite, au-dessus de Villelongue,
dans la vallée du Lavedan. Sa réputation de sainteté attirait les foules jusqu’à son lieu de retraite, qu’il voulait de plus en plus solitaire : « Les herbes étaient sa viande, l’eau sa boisson, une grotte était sa maison, le ciel était son toit, la terre son lit, et il portait un rude cilice sous son vêtement ; une chaîne de fer autour de ses reins », dit son biographe. Après de multiples refus, Orens accepta la fonction d’évêque, en 410. Il quitta donc le Lavedan, et tout au long de son épiscopat il s’attacha à lutter contre le paganisme et à annoncer Jésus-Christ.
Buste de St OrensLe culte de St Orens est étroitement associé à celui de sa mère, Ste Patience, qui a vécu les mêmes valeurs chrétiennes d’amour et de charité, secondant son fils dans son apostolat auprès des plus déshérités.
Abbaye de St Orens
Ruines majestueuses au-dessus du hameau d’Ortiac, près de Villelongue, l’abbaye, fondée au VIIIe siècle, est devenue prieuré au XIe. C’est le plus ancien lieu de culte du Lavedan. Il connut son heure de gloire du XIe au XII e siècle. C’est à ce moment que fut construite l’église romane et que s’installa l’ordre de Cluny. Cet ordre était rattaché au prieuré de Saint-Orens d’Auch. Un chapiteau très ouvragé, utilisé en bénitier à l’église d’Ortiac, donne une idée de sa richesse. L’abbaye sera abandonnée au XVIIIe siècle, vers 1720, après un déclin amorcé au XIIIe et un sérieux tremblement de terre en 1660.
Vendue comme bien national, elle a été utilisée en carrière de pierres.
Depuis 1974, des travaux de restauration ont lieu grâce aux efforts de la Société d’Etudes des 7 Vallées et de l’Association pour le Sauvetage et la Conservation de l’abbaye de Saint-Orens qui l’ont sauvée de la ruine totale Le monastère a rythmé pendant près de 1000 ans la vie quotidienne d’une partie de la vallée d’Argelès.

Pour rester informé de l'actualité, inscrivez-vous à la newsletter

Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent (art. 34 de la loi "Informatique et Libertés"). Pour l'exercer, adressez votre demande

Voir un exemple