Conférences de Saint Lary

    Conférences de Saint Lary

    Cinq lundis soir, à 21h, durant la période estivale, la salle de conférences de la mairie de Saint-Lary ouvre ses portes pour offrir, gratuitement, un temps de réflexion à ceux qui résident
    dans la vallée. À l’initiative du Foyer culturel et de la Pastorale du tourisme, un programme riche et varié est proposé. Des invités aux spécialités confirmées donneront des conférences suivies d’un débat du 13 juillet au 10 août.


    13 juillet. Pascale Leroy-Castillo et Sylvaine Guinle-Lorinet
    Des prisonniers civils dans les Pyrénées (1914-1918) : une histoire méconnue.
    Durant la Première Guerre mondiale, la France considéra les Allemands, les Austro-Hongrois, les Ottomans, les Bulgares présents sur son sol comme ennemis : ils furent internés dans des camps, dont celui de Garaison (Hautes-Pyrénées). Cette histoire méconnue et émouvante est racontée dans un livre intitulé Être prisonnier civil au camp de Garaison illustrée par
    de nombreuses photographies mettant en scène les internés eux-mêmes, souvent accompagnés d’une épouse, d’une compagne, d’enfants ou de parents. Garaison est un camp de familles.
    Le livre a été dirigé par Pascale Leroy-Castillo, responsable des archives du diocèse de Tarbes et Lourdes, et Sylvaine Guinle-Lorinet, maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.
    20 juillet. Jihyun Park, Seh-Lynn
    L’enfer de la Corée du Nord
    Jihyun Park a vécu dans l’enfer du « miracle socialiste » nord-coréen. De l’enfance insouciante jusqu’à la prison, en passant par la terrible famine du début des années 1990, sous le feu nourri d’une propagande totalitaire qui lave les cerveaux, son témoignage est une leçon de vie et de volonté, sobre et sans pathos. Cette voix sensible est née d’un dialogue avec Seh-lynn, une Coréenne du sud. Toutes les deux vivent dans l’espoir de voir un jour les deux Corées réunies.
    Jihyun Park, née en Corée du Nord, est une militante active pour les droits de l’homme en Corée du Nord. Seh-lynn est très impliquée dans les bouleversements de la péninsule coréenne. Elles ont publié ensemble Deux Coréennes (2019).
    27 juillet. Nathalie Sarthou-Lajus
    Le geste de transmettre
    Longtemps, la transmission d’une génération à l’autre s’est effectuée sous le mode de la reproduction des modèles parentaux. Ce n’est plus le cas. Nathalie Sarthou-Lajus s’interroge sur la transmission comme philosophe, mais à travers son expérience de fille, de mère, de femme, et de citoyenne. Qu’est-ce qui est transmis ? Et surtout, qu’est-ce transmettre veut dire ?
    Nathalie Sarthou-Lajus, philosophe, rédactrice en chef adjointe de la revue Études, est l’auteure du livre Le geste de transmettre (2017).
    3 août. Dr Bernard Nominé
    Parole et violence
    On pense communément que la parole et la violence s’opposent. On explique la violence par l’impuissance de la parole ; ce n’est pas faux. Et pourtant, ce qui se déchaîne sur nos réseaux sociaux aurait de quoi nous faire douter que la parole soit forcément un remède contre la violence. Saisissons donc l’occasion de cette actualité pour repenser la relation paradoxale de la parole à la violence, à la lumière de la relation structurale de l’être humain à la parole.
    Bernard Nominé est psychiatre et psychanalyste.
    10 août. Jean-Pierre Denis
    Recevoir l’Évangile dans un monde déchristianisé
    Notre monde a cessé d’être chrétien et il est nécessaire de dresser lucidement ce constat avant de prétendre que l’Évangile peut parler à nos contemporains. Peut-être est-ce même une chance pour lui de devenir une force de proposition, loin de toute forme d’imposition.
    Essayiste et journaliste, poète aussi, Jean-Pierre Denis dirige la rédaction de l’hebdomadaire chrétien La Vie. Il est l’auteur entre autres de Pourquoi le christianisme fait scandale (2010) et de Un catholique s’est échappé
    (2019).