Pour l’avenir de la maison commune

    Pour l’avenir de la maison commune

    Le 23 mai 2016, une rencontre historique a eu lieu au Vatican entre les deux autorités de l’islam (sunnite) et du christianisme (catholique), Ahmed el-Tayeb et le pape François. À cette visite, a répondu le 28 avril 2017 celle du Pape à l’Université al-Azhar.
    Le 4 février 2019, Ahmed el-Tayeb rencontre de nouveau le pape François à Abu Dabi et signe avec lui le document sur la fraternité humaine pour la paix dans le monde et la coexistence commune. C’est suite à cet événement que s’est créé le Haut Comité pour la fraternité humaine.
    Ce dernier a proposé à tous les croyants des différentes traditions religieuses de prier pour l’humanité le jeudi 14 mai. Le Pape François a apporté son soutien à cette initiative. Cet appel était adressé à « Tous les frères croyants en Dieu, le Créateur et aux frères en humanité partout dans le monde. »
    Le Pape, dimanche 3 mai, a appuyé cet appel à une prière rassemblant les croyants de différentes traditions religieuses. « Comme la prière est une valeur universelle, a-t-il souligné, j’ai accepté la proposition du Haut Comité pour la fraternité humaine pour que les croyants de toutes les religions se réunissent spirituellement le 14 mai dans une journée de prière, de jeûne et de participation à des œuvres de charité, pour implorer Dieu d’aider l’humanité à surmonter la pandémie du coronavirus. »


    Ce 14 mai a donc été dans notre diocèse une belle occasion pour les représentants de toutes les religions de se retrouver pour prier ensemble. Cela s’est déroulé devant l’Eglise St Jean de Tarbes. Tout était bien calculé car l’effectif des participants n’a pas dépassé 10 personnes : un frère israélite, deux musulmans, trois protestants, deux orthodoxes et deux catholiques étaient là. Nos frères anglicans ne pouvant pas se déplacer, avaient envoyé leur propre intention de prière.
    Il s’est agi d’un vrai moment d’accueil mutuel, de fraternité et d’espérance, priant le Seigneur pour l’avenir de notre monde. Il s’est sans doute aussi agi de la prise de conscience de notre coresponsabilité pour un tel avenir.
    Rendez-vous a déjà été pris pour renouveler une telle rencontre et unir nos voix pour le salut de la maison commune en espérant que cela permettra à un plus grand nombre de « prendre conscience de la responsabilité de chacun et de chacune pour un monde plus humain et fraternel ».